Standards de construction

Les normes de construction évoluent progressivement depuis 1974. La réglementation thermique française est celle cadrant la thermique des bâtiments pour les constructions neuves. Elle a pour but de fixer une limite maximale de consommation d'énergie pour le chauffage, la ventilation, la climatisation, la production d'eau chaude sanitaire et l'éclairage. Cette consommation est calculée sur une année et tient compte principalement des besoins en énergie primaire. La réglementation thermique limite également les coefficients de transmission thermique maximale des composants  et donc les pertes de chaleur par l'enveloppe du bâtiment.

La RT2012 est la cinquième réglementation thermique ( après la RT1974, RT 1988, RT 2000 et la RT2005), en vigueur depuis Octobre 2011. Elle est généralisée à l'ensemble des constructions neuves depuis le 1er Janvier 2013; Elle oblige les habitations neuves à consommer moins de 50 kW hep/m²/an. Cette valeur change notamment en fonction de la région et de l'altitude à laquelle l'habitation se situe. Cette consommation maximale définit le bâtiment basse consommation.

Elle impose également d'autres contraintes, par exemple : La perméabilité à l'air des habitations est limitée et contrôlée par mesure en fin de travaux - En résidentiel, la surface de baie doit être également au minimum à 1/6ème de la surface habitable -  Une maison individuelle doit utiliser l'énergie renouvelable ou une solution alternative relativement écologique.

Avec la RT2020, les bâtiments neufs devront être à énergie positive. En attendant, il est toujours possible d'aller plus loin que les normes fixées par la loi par la construction de bâtiments répondants aux normes des bâtiments passifs, à émission Zéro ou à énergie positive.

Les bâtiments "Zéro Energie" ou "Zéro Emission" sont conçus de telle sorte que leur fonctionnement engendre un bilan équilibré entre l'énergie produite et l'énergie consommée. Cela signifie que les besoins en énergie ( pour le chauffage, le refroidissement et l'électricité) sont couverts par l'utilisation d'énergie renouvelable à 100%. Le bilan de la consommation d'énergie est donc neutre en CO2. Le bilan de la consommation énergétique est calculé sur une année complète d'exploitation du bâtiment. Les excédents d'énergie produite en été sont en compensés en hiver par un approvisionnement en externe via le réseau publique.

Malheureusement, les termes "Zéro Energie" et "Zéro Emission" ne sont pas clairement définis.  Certains se contentent de ne tenir compte que des besoins en énergie pour le chauffage et pour l'électricité et négligent la production d'eau chaude sanitaire. Pour nous un bâtiment peut être considéré à "zéro  émission" si il produit au moins autant d'énergie primaires que ses besoins opérationnels : le calcul devra tenir compte du besoin d'énergie pour le chauffage, le refroidissement, l'eau chaude, l'éclairage et les équipements techniques ( pompes, ventilation..)

Solares bauen a participé à la construction de plusieurs projets qui répondent à cette définition en tant que bureau d'étude thermique et fluides. Certains ont même dépassé cette norme en produisant plus d'énergie que celle consommée sur les réseaux d'approvisionnement publiques. Il s'agit de bâtiments à énergie positive.

 

 

Les bâtiments à énergie positive sont des bâtiments qui produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment sur une année complète d'exploitation. Habituellement les excédents d'énergie produites en été sont compensés en hiver par l'approvisionnement en énergie en externe via le réseau d'alimentation publique. La différence avec les bâtiments "Zéro Emission" ou "Zéro Energie" est marginale. En fin de compte, un mètre carré d'un système de production d'électricité par panneau photovoltaïque est suffisant pour qu'un bâtiment soit définie à énergie positive au lieu de "Zéro Emission" ou "Zéro Energie". Il n'existe également dans ce cas, pas de définition claire et précise. Souvent les maisons sont définies "à énergie positive" même si elles ne génèrent pas d'excédent par rapport à la demande d'énergie pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire.

Nous considérons qu'un bâtiment peut être considéré à énergie positive s'il produit un excédent d'énergie par rapport à l'ensemble de la consommation en énergie des postes suivants : besoin de chaleur, besoin de froid et énergie électrique.

Conformément à la définition de l'Institut de la maison Passive (Passivhaus Institut), un bâtiment est passif lorsque les pertes thermiques sont réduites dans une mesure telle qu'un chauffage classique ne soit plus nécessaire. En raison du très faible besoin de chaleur du bâtiment, un simple réchauffage de l'air par un système de ventilation avec récupération de chaleur ( double flux), est suffisant.

Les critères essentiels pour qu'un bâtiment soit passif sont  : un besoin annuel de chauffage de max. 15 kWh/(m²/an) et un besoin en énergie primaire <120 kWh/(m²/an).Cet objectif peut être atteint en prenant les mesures suivantes : une très bonne isolation thermique, du triple vitrage, une enveloppe du bâtiment étanche à l'air, la limitation des ponts thermiques et la mise en place d'un système de ventilation avec récupération de chaleur.

Pour qu'un bâtiment puisse être certifié Passif, il doit être soumis à l'outil de calcul PHPP ( Passive House Planning Package). Il s'agit d'un outil excel, crée par la Passivhaus Institut qui permet de concevoir de façon optimale un bâtiment passif.

Ce logiciel compte plusieurs feuilles excels, chacune dédiée à un calcul spécifique : calcul des déperditions , calcul des apports solaires et internes, calcul du confort d'été, calcul du besoin en énergie primaire. Le croisement de ces données permet de définir le juste besoin de chaleur annuel en kWh/(M²/an).

Solares bauen est qualifié 'Concepteur de maisons passives' auprès de la maison passive France, organisme agrée par le Passivhaus Institut de Darmstadt.